Sous Linux, les médias amovibles sont généralement montés par un clic depuis l'environnement graphique, celui-ci effectue alors le montage en tant qu'utilisateur avec toutes les options nécessaires après avoir créé un point de montage.

Cette façon de faire présente les avantages suivants:

  • Il n'est pas besoin d'être administrateur, i.e. root pour effectuer le montage
  • Le point de montage est créé pour nous
  • Les options de montage sont positionnées pour nous, en particulier celles qui font que le média est en lecture/écriture pour l'utilisateur et non uniquement pour root

L'autre façon de faire étant de passer une commande mount en root avec toutes les options utiles.

Pour monter un média amovible depuis un terminal à la façon de faire de l'environnement graphique, on peut utiliser la commande udisksctl.

Il suffit pour cela de connaître le device du média ou clé USB:

user@machine:~$ udisksctl mount -b /dev/sdc1
Mounted /dev/sdc1 at /media/user/my-data.

On peut aussi utiliser l'option longue:

user@machine:~$ udisksctl mount --block-device /dev/sdc1
Mounted /dev/sdc1 at /media/user/my-data.

Et vous aurez remarqué que je ne suis pas connecté en root.

Vérifions que les options de montage sont correctes:

user@machine:~$ mount | grep sdc
/dev/sdc1 on /media/user/my-data type vfat (rw,nosuid,nodev,relatime,uid=1000,gid=1000,fmask=0022,dmask=0077,codepage=437,iocharset=utf8,shortname=mixed,showexec,utf8,flush,errors=remount-ro,uhelper=udisks2)

Un montage depuis un clic avec Mate n'aurait pas fait mieux.

Et pour démonter ce volume:

user@machine:~$ udisksctl unmount -b /dev/sdc1
Unmounted /dev/sdc1.

Ces commandes sont évidemment utilisables dans un script même si la manpage d'udisksctl ne le recommande pas.