Le partitionnement des disques ou des clés USB sous Linux peut se faire avec parted ou gparted son équivalent graphique.

Néanmoins, depuis l'arrivée des tables de partitions GPT (GUID partition table), l'utilitaire de prédilection pour partitionner un disque sous Linux est gdisk: l'ancien utilitaire fdisk ne prenant pas en charge les partitions GPT.

On commencera donc par installer gdisk:

Etape 1: Installation de gdisk

sudo apt-get install gdisk

Une fois gdisk installé, on le lance avec en paramètre le device du disque ou de la clé USB en question, par exemple:

sudo gdisk /dev/sdf

On obtient alors l'écran suivant:

GPT fdisk (gdisk) version 0.8.5

Partition table scan:

 MBR: protective
 BSD: not present
 APM: not present
 GPT: present

Found valid GPT with protective MBR; using GPT.

L'aide de gdisk est le suivant:

Command (? for help): ?
b back up GPT data to a file
c change a partition's name
d delete a partition
i show detailed information on a partition
l list known partition types
n add a new partition
o create a new empty GUID partition table (GPT)
p print the partition table
q quit without saving changes
r recovery and transformation options (experts only)
s sort partitions
t change a partition's type code
v verify disk
w write table to disk and exit
x extra functionality (experts only)
? print this menu

Command (? for help):

Etape 2: Création d'une table de partition GPT.

Pour créer une ou des partitions sur le disque, on va commencer par créer une table de partition GPT avec l'option 'o' de gdisk.

Attention: Créer une nouvelle table de partition va détruire toutes les données du disque ou de la clé USB.

Command (? for help): o
This option deletes all partitions and creates a new protective MBR.
Proceed? (Y/N): Y

Ensuite si l'on affiche la table des partitions, on voit les caractéristiques du disque (ici une clé USB):

Command (? for help): p
Disk /dev/sdf: 7826688 sectors, 3.7 GiB
Logical sector size: 512 bytes
Disk identifier (GUID): 7A77FEFC-B8DB-44F9-8DD3-3CA4D143B137
Partition table holds up to 128 entries
First usable sector is 34, last usable sector is 7826654
Partitions will be aligned on 2048-sector boundaries
Total free space is 7826621 sectors (3.7 GiB)

Number Start (sector) End (sector) Size Code Name

Et on voit que le fait d'avoir créé une nouvelle table de partition a détruit toutes les partitions et données de notre disque !!!

Etape 3: Création d'une nouvelle partition.

Une fois cette nouvelle table de partition GPT créée, on va créer une partition avec l'option 'n' de gdisk:

Command (? for help): n
Partition number (1-128, default 1):
First sector (34-7826654, default = 2048) or {+-}size{KMGTP}:
Last sector (2048-7826654, default = 7826654) or {+-}size{KMGTP}:
Current type is 'Linux filesystem'
Hex code or GUID (L to show codes, Enter = 8300):
Changed type of partition to 'Linux filesystem'

Ici, on s'est contenté de choisir chaque paramètre proposé par défaut.

Si on affiche maintenant les caractéristiques de notre partition, on obtient:

Command (? for help): p
Disk /dev/sdf: 7826688 sectors, 3.7 GiB
Logical sector size: 512 bytes
Disk identifier (GUID): 7A77FEFC-B8DB-44F9-8DD3-3CA4D143B137
Partition table holds up to 128 entries
First usable sector is 34, last usable sector is 7826654
Partitions will be aligned on 2048-sector boundaries
Total free space is 2014 sectors (1007.0 KiB)

Number Start (sector) End (sector) Size Code Name

  1            2048         7826654   3.7 GiB     8300  Linux filesystem

Etape 4: Validation des changements sur le disque.

Notre nouvelle partition étant créée, il nous reste plus qu'à quitter gdisk en validant les changements:

Command (? for help): w

Final checks complete. About to write GPT data. THIS WILL OVERWRITE EXISTING
PARTITIONS!!

Do you want to proceed? (Y/N): Y
OK; writing new GUID partition table (GPT) to /dev/sdf.
The operation has completed successfully.

Voilà, nous aurions pu évidemment créer d'avantage de partitions sur le disque, à condition de ne pas choisir les valeurs par défaut qui créent une partition utilisant la totalité du disque.

On verra dans un prochain billet comment créer un système de fichiers et le monter sous Linux.