Exile on Keyboard St. - Blog sur Linux et Debian

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 16 février 2018

Quelques flags utiles des commandes 'cp' et 'mv'

Que ce soit dans un terminal ou dans un script Shell, on utilise tous quotidiennement les commandes cp et mv.

Mais connaissons tous vraiment les options de ces commandes ? Pas si sûr ... Ces options sont précieuses dans un script Shell pour comprendre le flow d'exécution ou pour débugger celui-ci.

Première option intéressante, l'option -v ou --verbose:

user@machine:~ cp --verbose cleanup.log /tmp/
« cleanup.log » -> « /tmp/cleanup.log »

qui permet d'afficher ce qui est effectué. Cette option existe aussi sur la commande mv.

Deuxième option, l'option --u ou --update permet de ne copier ou déplacer le fichier que si celui-ci est plus récent que la cible:

user@machine:~$ cp --verbose --update cleanup.log /tmp/
user@machine:~$ touch cleanup.log 
user@machine:~$ cp --verbose --update cleanup.log /tmp/
« cleanup.log » -> « /tmp/cleanup.log »

La première commande cp n'a rien fait puisque les fichiers étaient identiques.

cp et mv ont aussi une option qui permet d'archiver les fichiers cibles déjà existant avant de faire la copie ou le déplacement:

user@machine:~$ cp --verbose --backup=numbered cleanup.log /tmp/
« cleanup.log » -> « /tmp/cleanup.log » (archive : « /tmp/cleanup.log.~1~ »)
user@machine:~$ cp --verbose --backup=numbered cleanup.log /tmp/
« cleanup.log » -> « /tmp/cleanup.log » (archive : « /tmp/cleanup.log.~2~ »)

Cela permet de garder les versions précédentes si l'on a besoin de revenir en arrière.

L'option --backup peut prendre les valeurs suivantes:

  • none
  • numbered
  • existing
  • simple

Autre option intéressante pour le mode interactif, l'option --interactive ou -i, qui en cas de fichier existant demande si on doit l'écraser:

user@machine:~$ cp --verbose --interactive cleanup.log /tmp/
cp : voulez-vous écraser « /tmp/cleanup.log » ? oui
« cleanup.log » -> « /tmp/cleanup.log »

Si l'on souhaite conserver les fichiers existants:

user@machine:~$ cp --verbose --no-clobber cleanup.log /tmp/

La copie n'a pas été effectuée.

Enfin pour finir citons le flag -r, -R ou --recursive qui permet de copier récursivement les répertoires.

dimanche 5 novembre 2017

Le paquet trash-cli ou comment utiliser la corbeille en ligne de commande

On a tous à un moment ou à un autre supprimé un fichier par erreur sous Linux.

On remédie souvent à cette situation malheureuse par un:

alias rm='rm -i'

Cependant, il existe un moyen de se passer de la confirmation de suppression de la commande rm et cela consiste à utiliser la corbeille en ligne de commande.

Linux propose en effet le paquet trash-cli que l'on installe comme suit:

sudo apt-get install trash-cli

Et pour supprimer un fichier, plutôt que d'utiliser la commande rm:

trash-put Readme.md 

Puis:

trash-put Profiles.zip 

Pour afficher la liste des fichiers présents dans la corbeille:

trash-list 
2017-11-05 16:34:05 /home/user/Profiles.zip
2017-11-05 16:33:51 /home/user/Readme.md

La timestamp affiché étant la date de suppression du fichier.

Supposons maintenant que j'ai supprimé Readme.md par erreur:

user@machine:~$ restore-trash 
   0 2017-11-05 16:34:05 /home/user/Profiles.zip
   1 2017-11-05 16:33:51 /home/user/Readme.md
What file to restore [0..1]: 

Il me suffit alors de sélectionner le numéro du fichier pour que celui-ci soit restauré.

Le paquet trash-cli fournit aussi la commande restore-trash qui permet de rétablir l'intégralité des fichiers placés à la corbeille.

Et on peut maintenant définir:

alias rm='trash-put'

mercredi 18 octobre 2017

Bien utiliser les tableaux en bash: les tableaux associatifs

Dans un billet précédent, on a vu comment bien utiliser les tableaux en bash. Il s'agissait des tableaux indexés dont l'indice est un entier comme dans beaucoup de langages.

Mais Bash permet aussi la définition de tableaux associatifs dans lesquels l'indice est une chaîne de caractères et non plus un entier.

Pour reprendre l'exemple des couleurs:

declare -A colours

colours[black]=noir
colours[red]=rouge
colours[green]=vert

Vous remarquerez le flag -A au lieu de -a utilisé pour le tableau indexé.

Pour lister les valeurs du tableau associatif:

for colour in "${colours[@]}"; do
    echo "$colour"
done
rouge
vert
noir

Maintenant si je veux faire le parcours en partant des clés:

for colour in "${!colours[@]}"; do
    echo "$colour: ${colours[$colour]}"
done

Ce qui donne:

red: rouge
green: vert
black: noir

La syntaxe est donc exactement la même qu'avec les tableaux indexés excepté qu'ici la clé est une chaîne de caractères et que l'utilisation des crochets tient lieu de double quotes: la clé peut donc contenir des espaces.

On peut aussi affecter un tableau en une seule instruction:

data=([joe]=30 [mary]=25)

- page 1 de 8